Une démarche avant-gardiste et visionnaire

L’histoire : la naissance d’une vocation

Guayapi, sourceur de matières premières nobles et éthiques depuis 1990.

Guayapi fut fondée par Claudie Ravel, Dr. Bernard Touati et Laerte Coaracy en 1990, après 3 ans d’études de faisabilité. Guayapi a pour objectif de valoriser des plantes de cueillette sauvage d’Amazonie et du Sri Lanka qui respectent 3 critères fondamentaux : le biologique, le social (commerce équitable) et l’environnement (la biodiversité). Guayapi est un bâtisseur de filières nobles et éthiques de plantes issues de leurs Terres d’Origine. En 1993, Claudie Ravel a noué un partenariat allant bien au-delà de la simple relation commerciale avec les Indiens Sateré Mawé d’Amazonie centrale du Brésil, en présentant sur le marché européen leur Waranà-Guaranà sauvage des Terres d’Origine.

guayapi-accueil-equipe
Obadias

Trop souvent, les populations autochtones et traditionnelles n’ont pas accès aux marchés locaux et internationaux. C’est pourquoi Guayapi soutient à son échelle la tribu des Indiens Sateré Mawé. Ils sont 18 000 Indiens aujourd’hui contre 6000 au début du projet en 1993. Le Projet Waranà préserve l’identité, la culture et le territoire des Indiens Sateré Mawé. A travers ses voyages de terrain, Guayapi source les meilleures matières premières selon 3 critères fondamentaux : le biologique, le commerce équitable et la biodiversité. Nous privilégions ainsi les savoirs-faire traditionnels qui bannissent les procédés de transformation chimique ou synthétique.

L’expertise d’un sourcing expert

Les critères de sélection des plantes utilisées dans la gamme des produits Guayapi, reposent sur leurs qualités d’origine et leur pureté.
Ces critères sont toujours basés sur une absence totale de conservateurs chimiques et sur l’obtention d’une poudre à partir de la totalité de la partie choisie de la plante, appelée le Totum.
Qu’est-ce que le Totum ?

Le Totum (en latin) est l’intégralité de la partie de la plante ou du fruit la plus concentrée en principes actifs, cela peut être le noyau, la chair, les feuilles, la racine ou l’écorce… En d’autres termes, l’utilisation de la synergie des substances contenues naturellement dans cette partie de plante évite tout effet secondaire.

Ce choix rigoureux est déterminé à partir de 3 paramètres fondamentaux :

  • L’observation de règles strictes quant à la cueillette ou culture et à la nature des sols,
  • La période de la récolte qui peut être déterminante en ce qui concerne la teneur des principes actifs,
  • Le séchage et le mode de préparation de la plante en vue de sa consommation.

Des filières équitables, durables et transparentes

Depuis 2003, Guayapi est membre administrateur de Commerce Equitable France.

Depuis 2003, Guayapi est membre administrateur de Commerce Equitable France.

Des Indiens Sateré Mawé d’Amazonie Brésilienne, aux Indiens Shipibos du Pérou, en passant par les villageois Sri Lankais de Halpola, Guayapi s’engage à rémunérer les producteurs pour le fruit de leur travail, à un prix juste incluant les projets de développement des communautés productrices, dans le respect de la biodiversité et en assurant au consommateur la qualité exceptionnelle d’un produit noble.

Pour plus d’informations : www.commercequitable.org

Andiroba
guayapi-nos-produits-epicerie-fine-muirapuama-producteur

Préservation et / ou restauration des écosystèmes

Guayapi a choisi l’organisme certificateur FOREST GARDEN PRODUCTS
Fondé par le Dr. Ranil Senanayake et propriété du Réseau International de Foresterie Analogue (IAFN-RIFA) FGP (Produits de Jardins-Forêts) certifie, en sus du biologique, la préservation et / ou la restauration des écosystèmes d’origine selon les principes de la Foresterie Analogue.

La Foresterie Analogue est un type de sylviculture qui imite les fonctions écologiques et la structure architecturale de la forêt mature primaire. L’objectif de cette méthode, au-delà de la préservation, est de restaurer les écosystèmes dégradés et ainsi de fournir de nouvelles ressources durables aux populations locales.

En 2014, FGP a été intégré à la Famille Mondiale des Standards Biologique de la Fédération Internationale des Mouvements de l’Agriculture Biologique (IFOAM). L’IFOAM reconnait ainsi la certification FGP (Produits de Jardins Forêts) comme l’un des deux standards de certifications biologique au monde ayant une portée globale : https://www.ifoam.bio/en/ifoam-family-standards-0

Schema Foret analogue

Les 7 principes fondamentaux de la charte éthique de FGP, respectés par Guayapi :

  • Restaurer les écosystèmes d’origine tout en respectant les populations locales dans leur habitat d’origine, dans un environnement sain et ainsi préserver leur culture et leur savoir-faire traditionnels dans le cadre d’un commerce équitable.
  • Promouvoir le renouvellement de la végétation des terres déboisées ou dégradées et augmenter la richesse et la biodiversité végétale et animale d’origine.
  • Améliorer le rendement de la terre et réduire l’érosion par des moyens totalement naturels.
  • Transformer la production chimique intensive des exploitations agricoles en une production naturelle et biologique.
  • Valoriser les produits de terroirs des populations locales du monde entier à plus forte valeur économique ajoutée.
  • Promouvoir et développer les connaissances sur le développement durable et la consommation citoyenne.
  • Accompagner les producteurs pour atteindre ces objectifs ensemble.

Pour en savoir plus : www.analogforestry.org

Saveurs des terres d’origine : « le bon, le propre et le juste »

Véritables alliées au quotidien pour notre bien-être, les plantes des terres d’origine sourcées par Guayapi se révèlent être de précieux trésors pour les métiers de bouches et pour nos papilles, tant leurs saveurs sont multiples et les alliances culinaires nombreuses et variées.

Depuis toujours ancrée dans les valeurs du mouvement Slow Food, pour la valorisation de produits « bons, propres et justes » Guayapi fédère de plus en plus de grands noms de la gastronomie, tel que le renommé Michel Bras, qui mettent en scène ces plantes précieuses pour créer des alliances gustatives aussi surprenantes que délicieuses.

SlowFoodConsidéré comme un trésor de l’Amazonie, le Warana a été reconnu produit Sentinelle par Slow Food, le plaçant dans les initiatives exemplaires des produits, tandis que la Sève de Kitul, la Stévia et le Maté sauvage ont été élus Arche du Goût par le Mouvement Slow Food.

Pour en savoir plus : www.slowfood.com

Sentinelles :

L’arche du Goût :

Le Guaranà, Trésor des Indiens Sateré Mawé

QU’EST-CE QUE LE WARANÀ-GUARANÀ DES TERRES D’ORIGINE ?

Le Guaranà est une liane sarmenteuse de la famille des Sapindacées. Celle-ci fut domestiquée en arbuste il y a plusieurs millénaires par les Indiens Sateré Mawé. Son nom scientifique est Paullinia cupana Sorbilis.

LA DIFFÉRENCE ENTRE WARANÀ ET GUARANÀ

Les Indiens Sateré Mawé appellent le Guaranà, dans leur langue, Waranà. Cela signifie le principe de la connaissance. Les portugais, n’ayant pas le son W dans l’alphabet, ont renommé la plante Guaranà. Elle est dénommée ainsi au niveau mondial. Pourtant les Indiens Sateré Mawé revendiquent aujourd’hui la différence du Waranà d’avec le Guaranà. Le Waranà bénéficie donc aujourd’hui d’une Dénomination d’Origine (DO) au Brésil, l’équivalent de notre AOC en France.

PRINCIPES ACTIFS DU WARANÀ-GUARANÀ DES TERRES D’ORIGINE

Le Waranà est un puissant dynamisant physique et intellectuel non-excitant. Le Waranà contient des méthylxanthines, des molécules dynamisantes comme la guaranine. La guaranine est une molécule isomère (similaire mais différente) de la caféine. Mais le Waranà contient aussi des tanins, à hauteur de 10 %. Ces derniers favorisent l’assimilation lente de ce principe actif. C’est pourquoi le Waranà des Indiens Sateré Mawé ou Guaranà des Terres d’Origine (AOC au Brésil) ne produit aucun effet d’excitation. Au contraire il procure une douce et puissante concentration. Celle-ci reste stable et durable dans le temps. Le Waranà est donc apprécié des étudiants, sportifs, travailleurs, veilleurs, artistes et intellectuels.

LE RÔLE DE GUAYAPI DANS LA PROMOTION DU GUARANÀ EN EUROPE

Le Guaranà n’était plus commercialisé en Europe depuis la fin du 19ème siècle. Claudie Ravel, accompagnée de ses deux conseils scientifiques Bernard Touati et Laerte Coaracy a passé 3 ans, entre 1987 et 1990, à constituer les dossiers scientifiques et juridiques à présenter aux autorités françaises et européennes. Ce travail lui a permis de remettre sur le marché le Guaranà en 1990 en tant qu’aliment + ou complément alimentaire. Aujourd’hui, le Guaranà intègre des milliers de produits alimentaires et cosmétiques en France.

LA RENCONTRE DE GUAYAPI ET CLAUDIE RAVEL AVEC LES INDIENS SATERÉ MAWÉ

En 1994 Claudie Ravel rencontre Obadias Batista Garcia. Ce meneur Sateré Mawé est l’initiateur du Projet Waranà. Rapidement Guayapi devientalors le premier partenaire commercial des Indiens Sateré Mawé. Aujourd’hui, Guayapi est plus qu’un simple partenaire commercial des Indiens Sateré Mawé. Nous soutenons en effet ce peuple en achetant divers produits de la forêt au prix fort : Muirapuama (bois bandé des terres d’origine), Baume de Copaïba, Huile d’Andiroba, Noix d’Amazonie, Urucum, Técoma-Lapacho, Breu Branco, Bois de Rose…

LE PROJET WARANÀ

Le Projet Waranà est le projet intégré d’ethnodévelopemment du peuple Sateré Mawé. A travers le commerce équitable du Waranà, les Indiens Sateré Mawé mettent en place des programmes sociaux et environnementaux sur leur territoire. Ceux-ci comprennent : l’éducation indigène différenciée, la santé différenciée, la  reconstitution des écosystèmes d’origine en foresterie analogue… Guayapi paye ainsi le Waranà au Consorcium des Producteurs Sateré Mawé (CPSM) 50€ / kg soit 25 fois le prix du marché conventionnel au Brésil. Aujourd’hui, 337 familles de productrices et producteurs Sateré Mawé sont associées au CPSM. Cela représente donc 2000 personnes bénéficiant directement du Projet Waranà.