Mission Amazonie 2018 réussie !

DSCPDC_0000_BURST20181117063252897

Nous avons réalisé une nouvelle mission en Amazonie du 7 au 25 novembre 2018.

Des plateaux guyanais aux forêts brésiliennes, notre mission en Amazonie a été riche en aventures ! A Cayenne tout d’abord nous avons participé avec nos partenaires distributeurs à la première Disco Soupe sur place. Nous en avons profité pour lancer le mouvement Slow Food Guyane ! Ensuite nous nous sommes rendus dans la Terre Indigène des Indiens Sateré Mawé. Cette terre abrite les lieux d’origine du Waranà, plante mystique et mythique de ce peuple.

Mission en Guyane – 7 au 11 novembre

En Guyane nous avons renncontré nos distributeurs sur place : pharmacies, boutiques biologiques, marchés… Les Guyanais sont friands des produits naturels amazoniens. Ils ont a cœur de développer notre gamme car ils sont très sensibles à la richesse de la biodiversité amazonienne. Nous avons notamment eu la chance de visiter la commune d’Apatou, située à l’extrême ouest de la Guyane sur le fleuve Maroni, ainsi que sa pharmacie. Elle distribue les produits Guayapi.

Mission en Terre Indigène Sateré Mawé – 12 au 23 novembre

Nous sommes ensuite allés à la rencontre des Indiens Sateré Mawé. Ces derniers vivent sur une terre peuplée de forêts mystiques et de fleuves fantastiques. Avec Obadias Batista Garcia, fondateur du Projet Waranà, son fils Sergio Batista Garcia et l’anthropologue Alba Lucy Figueroa, nous avons pris les fleuves. Nous avons visité près de 15 communautés. Celles-ci nous ont ouvert les portes des producteurs de Waranà et d’autres produits de la forêt : Muirapuama (bois bandé), Urucum, Copaïba, Unha de Gato, Lapacho…

Le Projet Waranà en plein développement

Aujourd’hui 337 familles de productrices et producteurs Sateré Mawé sont affiliées au Consorcium des Producteurs Sateré Mawé (CPSM). Guayapi achète le Waranà au CPSM au prix fort : 50€ le kg soit environs 25 fois le prix moyen du marché conventionnel du Guaranà au Brésil actuellement. Environs un quart de ce montant est directement investi dans différents programmes sociaux mis en place dans le cadre du Projet Intégré d’Ethnodéveloppement du Peuple Sateré Mawé. Education et santé différenciée, revitalisation culturelle, collecte différenciée des déchets et recyclage, élevage d’abeilles mélipones responsables de la pollinisation et productrices de miel, de propolis et de pollen, élevage de tortues, cours de Foresterie Analogue…

Un exemple de peuple déterminé à s’auto-gérer

Un des programmes mis en place est la Libre Académie du Wara (LAW). Il s’agit de créer une Université Indigène sur la philosophie du Waranà. Waranà, en langue Sateré Mawé signifie “le principe de la connaissance”. Lors de chaque arrivée en communauté Sateré Mawé, nous sommes accueillis par la cheffe et le chef du village. Le première râpe le bâton ou la boule de Waranà dans de l’eau pour faire une boisson rafraîchissante qui amène les bonnes paroles : “l’eau de Waranà” (waranà hy). Le Waranà est riche en méthylxanthines comme la guaranine qui est un dynamisant physique et intellectuel et en tanins qui augmentent la résistance générale de l’organisme.

L’importance des belles paroles avec le Wara’nà

Concluons avec les belles paroles du meneur (T’wisa) Sateré Mawé Josebias, de la communauté Ilha Michiles. “Nous ne pouvons pas nier qu’aujourd’hui, en tant que peuple Sateré Mawé dans ce monde ouvert et connecté, nous sommes les vrais propriétaires de la tradition du Waranà, le Guaranà sauvage d’origine. Mais nous voyons beaucoup de gens qui profitent de notre culture même s’ils ne sont pas indigènes. Alors défendons notre véritable Waranà.”